Bienvenue sur le site internet de la commune de Charmey



Raccourcis clavier

Les raccourcis suivants sont toujours placés au début de chaque page. Ils sont invisibles pour le grand public :
retour à la page d'accueil Alt+0 accès direct au menu de navigation Alt+1 accès direct au contenu de la page Alt+2 accès direct au module de recherche Alt+3 accès direct au plan du site / sitemap Alt+4 Imprimer la page Générer le PDF de la page actuelle

Portrait historique de Charmey


Le passé historique de Charmey et des ses environs est dense et passionnant. Il est intimement lié au commerce du gruyère et du vacherin d'alpage, mais également à l'industrie du bois. Depuis les années 1960, le village bénéficie d'un développement touristique et économique intense.

A une époque inconnue, une tribu issue des Alamans envahit par l'est le haut de la vallée et une autre, d'origine burgonde, imprégnée de culture romaine, s'implante par l'ouest pour former le Pays de Charmey.

Jusqu'au 11e siècle, Charmey appartient à la grande paroisse de Broc, dépendante du prieuré de Lutry. La paroisse comprend plusieurs hameaux dont celui de Feiguières, l'actuel village de Charmey. A la féodalité, la contrée dépend des seigneurs de Corbières, alors bonne ville du pays de Vaud. La seigneurerie est inféodée à François Ier, comte de Gruyère, en 1454, et voilà Charmey devenu gruérien. Sous le règne du comte Michel, le comté perd de son panache. En 1553, c'est la faillite et l'ancienne seigneurie de Corbières est adjugée à Fribourg. Avec Fribourg, le pays de Charmey retrouve Corbières comme bailliage. C'est à cette époque que se crée une communauté d'intérêts entre les communes de Crésuz, Châtel-sur-Montsalvens, Cerniat et Charmey, appelée "Pays et val de Charmey" avec, à sa tête, un gouverneur. Cette association durera jusqu'en 1852.

Après la guerre de trente ans (1618-1648), le val écrit une belle page de l'histoire économique du canton avec le commerce du gruyère en direction de Lyon. C'est l'âge d'or du fromage d'alpage et des caves d'affinage de la Tzintre. Cette industrie enrichit plusieurs familles. Cette activité, gourmande de terres, provoque une paupérisation qui pousse les plus ambitieux et les plus démunis à l'émigration, souvent dans les armées étrangères.

Le 19e siècle voit le déclin du commerce du fromage d'alpage concurrencé par les productions de plaine. L'industrie de la paille tressée n'a qu'un succès éphémère. Par contre, l'industrie du bois se développe. L'amélioration des voies de communication vers Charmey et la construction d'un pont métallique sur le Javro à la fin du 19e siècle sont à l'origine d'un premier développement touristique.

La commune de Charmey connaît un développement réjouissant depuis les années 1960, date de l’inauguration de la première télécabine, puis 1970 avec celle de la piscine et spécialement ces dernières années depuis l’ouverture des Bains de Charmey.